Véritables éponges vertes à pollution, les zones humides apparaissent aujourd’hui comme essentielles au bien être des  villes et leur développement. Quelles sont les spécificités et avantages de ces amortisseurs du changement climatique ?

 

Une zone humide, qu’est ce que c’est ?

 

Le terme zone humide contient de nombreuses descriptions qui se complètent. On peut retenir celle du code de l’environnement qui est la suivante : « Les zones humides sont des terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année».

 

Nous pouvons différencier deux types de zones humides : les espaces verts autrement appelés milieux terrestres ou bien les espaces bleus correspondants aux milieux aquatiques.

168 pays ont ratifié la convention Ramsar qui définit et regroupe l’ensemble des zones humides : plus de 2.000 sites sont aujourd’hui répertoriés dans le monde dont 43 en France répartis sur 1,8 millions hectares ce qui représente 3 % du territoire.

 

Des écosystèmes dans les villes aux multiples  bienfaits

La présence de zones humides permet de rafraîchir les villes, grâce à l’absorption de la chaleur dans l’eau et la terre humide en plus du phénomène d’évaporation, l’eau contenue dans le sol, les plans d’eau et les plantes.

La baisse de température obtenue varie de 0,5 à 3 °C. Ce qu’on appelle îlot de chaleur urbain, ce sont ces lieux très concentrés en éléments “artificielles” tels que des immeubles, magasins et structures en bétons. Ce sont eux qui sont à l’origine des pics élevés de températures dans les villes. Les zones humides permettent de contrebalancer ces pics de chaleur tout en apportant un verdissement dans les villes.

 

La nature peut se maintenir dans les villes, la biodiversité y est par ailleurs une caractéristique de ces espaces où des écosystèmes complexes se développent.

 

 

 

Un véritable retour aux sources nécessaire à notre bien être

 

Les zones humides présentent énormément de bienfaits pour l’homme et encore plus pour le citadin. Exposé quotidiennement à tous les types de pollution, les citadins ne peuvent pas se ressourcer si ce n’est de se déplacer en dehors de la ville, effectuant des trajets de plusieurs dizaine de km.

De récentes études scientifiques ont montré que la présence des espaces bleus en ville, plus encore s’ils sont végétalisés, permettait :

 

  • D’inciter à la contemplation, à l’auto-développement, à la formation de l’identité grâce aux espaces naturels et encore plus chez les enfants ;
  • De diminuer le stress lié à la ville. En effet, en nature, l’homme se ressource et prend le temps sans se précipiter ;
  • De réduire la pollution sonore liée au trafic routier, à la foule encore aux travaux urbains. Les zones humides sont des hameaux de paix ;
  • De créer un lieu favorable à toutes formes d’activités physiques et par conséquent, de réduire l’obésité en incitant à être en mouvement dans un lieu parfaitement dessiné pour effectuer des trajets et des parcours ;
  • De créer un véritable écosystème autour de laquelle l’on peut se retrouver et se détendre en communauté.

 Les zones humides : un impact direct sur l’eau que l’on boit

 

Les zones humides que ce soit les mares, les bras morts, les ripisylve ou encore prairies inondables peuvent à la fois filtrer les eaux de pluie, les déchets et les éléments pollués avec elles; avant que ces derniers ne rejoignent les rivières. Ainsi, les zones humides permettent d’éviter que les stations d’épuration ne débordent en cas d’orage.

En parallèle, les milieux humides sont capables de dépolluer les eaux des cours d’eau en filtrant, absorbant et en transformant les polluants grâce à leur végétation et à leurs bactéries.